Exercice inédit d’écriture créative 270

Bonjour !
Ce matin, au saut du lit, nous avons décidé de changer de nom. 
Ceci pour diverses raisons. D’abord, parce qu’il n’était pas à notre dimension, et pas assez optimiste. Pour nous incarner il nous fallait…

Inventez la suite

Mon texte :

« Bonjour !
Ce matin, au saut du lit, nous avons décidé de changer de nom. Ceci pour diverses raisons.
D’abord, parce qu’il n’était pas à notre dimension, et pas assez optimiste. Pour nous incarner il nous fallait… »
Voilà comment Albert, scientifique de renom, commença son discours.
Il en avait marre. De ce nom qu’on donnait à sa profession depuis des décennies se dégageait cette impression qu’il qualifiait de reproche constant. Comme s’ils étaient des bons à rien, incapable d’achever complètement leur tache. Et pourtant… Il ne comptait pas ses heures le brave. Alors, il l’avait décidé, ça ne pouvait plus durer. Dorénavant, il faudrait qu’on les appelle autrement lui et ses collègues.
Pour cela, il avait établi une liste de nouveaux noms potentiels :
– Les trouveurs : confusion trop évidente, nous ne sommes pas des saltimbanques tout de même !
– Les découvreurs : déjà utilisé, mais peu, et pouvant prêter à quiproquo avec les métiers de l’effeuillage. Pas compatible.
– Les experts : un peu trop pompeux et déjà attribué à diverses séries américaines et autres adeptes du ballon…
La journée passait et les boulettes de papier s’entassaient dans la corbeille quand enfin, il finit par trouver un nom qui avait l’air de convenir. Fier de lui, il s’apprêtait maintenant à le soumettre à l’assemblée générale. Mais c’était sans compter sur l’intervention d’un physicien de renom, ayant déjà reçu plusieurs prix, qui le corrigea :
« Mais tu n’as rien compris, mon pauvre vieux ! Si on nous appelle comme ça, ce n’est pas parce que nous ne trouvons rien mais parce que même quand nous avons trouvé quelque chose, nous ne nous lassons pas et continuons à travailler. Nous n’en avons jamais assez. Nous sommes des acharnés, des passionnés ! Voilà ce que nous sommes ! »
Convaincu par ce discours improvisé, tout le monde se leva et fit une ovation à Pierre qui venait de sauver le patrimoine de la profession, au moins en ce qui concernait le vocabulaire. Car c’était ainsi. Il le fallait. Pour toujours, les chercheurs resteraient des chercheurs.

Exercice proposé par Pascal Perrat et mis en ligne sur son blog : https://www.entre2lettres.com/exercice-inedit-decriture-creative-270


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s