L’avenir dépend de ce que nous faisons aujourd’hui

Temps de lecture : un peu moins de 5 minutes

Nouvel article et à nouveau pour titre une citation – celle de Gandhi cette fois – qui me parait fort à propos avec ce dont je voulais vous parler. Parce qu’aujourd’hui, je vous évoque ce que je mets en place pour choisir quelle sortie du rond-point je vais emprunter (si tu ne comprends pas la référence, peut-être que tu devrais lire ça 😉 ⇒ Là où se trouve une volonté, il existe un chemin ).

Qui suis-je ?

Où cours-je ? En quel état j’erre ? C’est avec un brin d’humour que je commence mon remue-méninges, mais je pense que c’est une question assez fondamentale quand on décide d’entamer un nouveau départ. Pour le coup, je vous parle ici de virage professionnel, mais je pense que ça peut aider à tout moment si on en ressent le besoin.

Quelles sont mes forces, mes faiblesses, mes envies ? Sur quoi suis-je prête à faire des concessions ? Quels défis me sens-je capable de relever ? Car comment savoir où je vais si je ne sais pas vraiment qui je suis et ce que je veux ? Même si à mon sens il n’existera jamais de réponses définitives, ça me parait indispensable de m’interroger sur tout ça de temps à autres. Et surtout à des moments-clés.

Pour le faire, on peut utiliser un bon vieux carnet, faire des tests de personnalité (notamment le MBTI – Myers Briggs Type Indicator – ou le profil DISC – Dominance, influence, stabilité, conformité). Je vous réfère également à l’excellent podcast de Bien dans ta boîte/Laura Besson : Découvre tes forces de caractère. Pour ma part, je me sers aussi d’un workbook offert par une amie : Tout vouloir, tout avoir de Sarah Zitouni. Je ne pense pas que je l’aurais acheté de moi-même, mais je ne peux que reconnaître que c’est un bon outil, même s’il ne me correspond pas à 100%.

Prendre en compte l’environnement

Et concilier cela avec ce que je viens de vous énoncer juste avant : qui je suis et quelles sont mes envies. Parce que je me dois quand même de rester raisonnable et cohérente. Exemple : devenir professeur de ski en un lieu où il neige seulement trois fois par an, voire moins ? Bah non, madame, monsieur. Désolée, ça se tente peut-être hein, si on est prêt à faire des kilomètres, mais pas pour moi ^^

J’ai commencé également à échanger avec des personnes qui exercent des métiers qui m’intéressent pour avoir leur point de vue interne. Parce que certains domaines m’attirent, mais discuter avec des professionel.le.s m’aide à savoir ce qu’il en est concrètement et si c’est conciliable géographiquement.

C’est quoi le bilan ?

Puisqu’on est sur mon site et qu’on parle de mon expérience, je vais partager ce qu’il est ressorti de mes premières tergiversations (tout ça étant toujours en cours). N’hésitez pas à me dire en commentaire ce qu’il en pour vous si vous êtes ou avez été dans la même situation. Je suis curieuse de voir en quoi on se ressemble ou pas. Et aussi, si vous pensez à des métiers qui pourraient me correspondre en fonction de ce que je vous livre juste après, ne vous privez pas. C’est également pour ça que je vous partage le fruit de mes avancées. Je suis certaine qu’on peut chacun, chacune, s’apporter un petit quelque chose dans nos réflexions. Mais bref, je me lance.

Déjà, l’environnement ce sera l’Ardèche. Une ville située dans le triangle Montélimar-Valence-Privas.

Mes forces // mes faiblesses : bienveillance ; serviabilité ; patience ; persévérance ; écoute/bon conseil/médiation ; empathie ; esprit d’équipe ; organisation // a besoin d’être soutenue et rassurée ; peut se laisser surcharger ou se faire exploiter ; difficulté à gérer les conflits (par peur de blesser quelqu’un ou d’avoir des problèmes) ; peut donner la sensation de toujours vouloir avoir raison ; peur du changement (oups)

Mes envies : travailler à temps partiel pour avoir mes mercredis, en télétravail et/ou ne pas avoir trop de trajet et/ou prendre les transports en commun ; travailler sur mes faiblesses (of course!). En ce qui concerne les domaines, je vous développerai mes pistes dans un autre article, sinon celui-ci sera trop long. Mais les voici quand même dans les grandes lignes : l’écriture (of course, encore ^^) et les activités liées (mentorat, bêta-lecture) ; la communication ; l’art ; la science ; l’enseignement. Il est fort possible que je m’implique aussi d’une manière ou d’une autre dans la future activité de mon mari (qui lui aussi change de métier avec le déménagement ^^)

Et alors, tu prévois quoi pour la suite ?

Continuer à explorer les différentes possibilités. M’informer sur les voies de recrutement et les débouchés. Me former si besoin. Et j’ignore si j’arriverai à trouver LE.S job.s de mes rêves, mais c’est déjà un pas de poser ça ici, je trouve. Ça permet d’y voir plus clair.

Est-ce que vous vivez/avez vécu du boulot idéal, vous ? Sinon, sur quoi avez-vous fait des concessions ? Pensez-vous changer de travail un jour pour être plus aligné.e avec vos envies ? Vos réponses et autres conseils sont bienvenues en commentaire.

Prenez soin de vous et à très vite

PS : pour celles et ceux qui me suivent depuis un moment, je continue bien entendu mon activité d’autrice 😊 Juste, je trouvais ça pertinent de vous partager cette actualité concernant mon parcours professionnel en parallèle. N’hésitez pas à me dire si ça vous saoûle !


Une réflexion sur “L’avenir dépend de ce que nous faisons aujourd’hui

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s