Baptiste Beaulieu

Au moment où j’ai réfléchi à ce que j’allais vous écrire dans l’article de ce mois-ci, je m’apprêtais à lire le dernier roman de Baptiste Beaulieu, Celle qu’il attendait. Coïncidence, je ne pense pas ^^ Mon sujet était tout trouvé.

Alors voilà

J’ai connu Baptiste Beaulieu via mes abonnées Facebook qui le suivaient. C’était en 2015 il me semble. Sa plume était fluide, percutante. C’était juste des posts-articles Facebook, je n’avais alors pas lu son livre Alors voilà : les 1001 vies des urgences. Mais à chaque fois, ça me prenait aux tripes. Je voyais dans ses écrits ce que j’avais envie de faire ressentir à mes lecteurs et lectrices.

Toujours là

Depuis, à chaque moment important de ma vie d’écrivaine, il est présent. Il ne le sait pas bien sûr, mais que la vie l’ait mis sur ma route a donné plusieurs fois une nouvelle direction à mes écrits.

D’abord, début 2016, quand j’ai commencé à écrire des nouvelles. C’est parce que j’ai découvert ses textes courts que j’ai eu envie d’en écrire. J’ai commencé par des appels à texte puis je me suis inscrite sur Short Edition où Budapest est la première nouvelle a avoir été sélectionné pendant l’été 2016.

Puis en 2017. J’avais commencé à écrire un roman mais je traversais une période difficile. En mai, j’ai eu la chance de le rencontrer en dédicace, nous avons échangé quelques minutes et il m’a dit une chose, qui probablement, lui a paru innocente – ou bien pas, je n’en sais rien après tout – mais qui en tout cas, allait rester gravé en moi : « Ne t’arrête jamais d’écrire. » Un conseil intimé avec une telle conviction qu’il ne m’a plus jamais lâché.

Son coeur balance

Suite à notre rencontre, j’ai écrit une nouvelle que j’ai envoyé à Short Edition pour le Prix du Court Automne 2017 : Son coeur balance. Nouvelle inspirée également par la chanson Sultan of Swings, de Dire Straits, proposée par Denys de Jovilliers, un ami auteur. Elle a remporté le prix et à ce jour, plus de mille lectures ont été effectuées sur le site. Avec beaucoup de commentaires encourageants et de likes.

De l’ombre ou de la lumière

Je me suis par la suite attelée à nouveau à l’écriture de mon roman. Je l’ai terminé, publié, j’ai animé mes réseaux et j’ai publié mon livre en auto-édition une première fois en novembre 2019 sous le titre Personne n’est parfait, puis une seconde fois (suite à des modifications au niveau du texte et de sa structure) en avril 2021 sous le nom De l’ombre ou de la lumière. Avec toujours ce mantra en tête : « Ne t’arrête jamais d’écrire. »

Celle qu’il attendait

En ce mois d’octobre 2021, me voici donc plongée dans son dernier roman, publié en avril dernier. Et je retrouve cette plume fluide et percutante, qui m’avait tant plu. Cela me fait une nouvelle fois énormément de bien. Ses mots, ses histoires, poétiques, sans nulle autre pareille… Je vous souhaite à tous d’avoir un Baptiste Beaulieu dans votre vie pour vous remettre sur les rails. Pour vous émouvoir et vous faire voir la vie en beau et en vrai.

Allez, dites-moi, qui est le vôtre ?

Prenez soin de vous

A très vite


2 réflexions sur “Baptiste Beaulieu

  1. Ma réponse est plurielle. Les rencontres, les voyages, la musique, les lectures, l’entourage, peuvent aider à retrouver la confiance dans les moments difficiles.
    You feel all right when you hear that music ring… Way on downsouth, way on downsouth…
    Poursuis ta route Isabelle, que l’inattendu, les belles surprises de la vie, les « coïncidences » te soient autant de sources d’inspiration !
    DdJ

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s