Sympathique

Catégorie : Romance, humour, instants de vie / Temps de lecture : 5min

Voilà ce que tout le monde me dit après chaque rupture. Ne t’en fais pas, tu retrouveras quelqu’un, tu es si sympathique. Mais moi j’en ai marre ! Je veux être une femme, je veux être une mère. Je ne veux pas être une sex friends ou je ne sais quoi. J’ai 32 ans. Et ne nous le cachons pas, j’en ai déjà bien profité. Mais aujourd’hui…

J’ai saisi l’occasion de me changer les idées après cette énième séparation. Encore un coup pour rien si j’ose dire. J’aurais du m’en douter. En même temps. J’ai tout essayé ! De toutes les tailles, de toutes les couleurs. Des musiciens, des commerciaux, des maçons et même… un croque-mort! (croyez le ou pas, je crois que c’est avec lui que je me suis le plus marrée). Des célibataires endurcis, des mariés, des divorcés et même… une femme. Mais rien n’y fait, je désespère de trouver un jour chaussure à mon pied. Lui, il était vendeur chez Bata pourtant. Mais surtout casse-couilles. Là, c’est moi qui ai décidé de le quitter, une fois n’est pas coutume. Il m’écrivait des poésies, m’invitait à des récitals, faut pas exagérer non plus. C’était quoi la prochaine étape? Le concert de Nana Mouskouri ? (notez que je n’ai rien contre elle mais je n’ai pas spécialement envie d’assister à deux heures de ses prouesses vocales)

J’ai donc fait mes valises pour passer quelques jours dans les Vosges à l’occasion du mariage d’une amie. Je suis arrivée mercredi. Je suis partie très tôt le matin et je suis arrivée vers 10h30. J’avais besoin d’air. Et d’inspiration. Je bosse sur un roman. Je l’ai commencé il y a quelques mois, en ai sorti une première version. Pas convaincante. Le premier jet, ce n’est jamais convaincant de tout façon. Cette histoire est bancale, j’ai besoin de la remettre debout. J’ai repris toutes mes fiches personnages, ma bibliographie. Et j’ai accès à internet au chalet.
Le chalet. Autre mot pour dire jolie petite maisonnette perdue dans la montagne, et où on est libre de ne penser à rien. C’est celui d’un ami. Le genre de personne de qui on dirait qu’on serait prêt à mettre sa vie dans ses mains. Je le connais depuis le lycée. J’ai essayé avec lui aussi sans succès. Il s’est marié l’année dernière. Avec sa colocataire. Comme quoi parfois, il faut peut être seulement attendre que le destin vous donne un coup de pouce.
Théo est venu m’apporter les clés la veille, avant que je prépare mes valises. J’étais déjà venu avec lui du temps où l’on était vraiment très proche. Aujourd’hui c’est plus compliqué mais ça reste ce qui ressemble le plus à un meilleur ami. Toujours présent quand on a besoin de lui, qui ne juge pas mais de bon conseil si nécessaire. Celui avec qui on refait le monde autour d’un café.

Ca fait déjà deux jours que je suis là mais j’ai dû mal à avancer. Je me suis mise sur le balcon. Je m’interdis de fumer à l’intérieur, surtout quand je ne suis pas chez moi. Et puis, ça me fait bizarre d’être ici, j’ai l’impression de violer l’intimité de Théo et même celle de sa femme par la même occasion. C’est un jeune couple qui respire le bonheur. Mais les apparences sont parfois trompeuses et je me demande à quoi peut bien ressembler leur quotidien. Moi, je ne sais pas. Je n’ai jamais eu une relation assez longue pour en ressentir ne serait ce que le goût. Mais ce n’est pas l’envie qui m’en manque.
Je regarde les coteaux. On est au mois de mai. Les jonquilles sont déjà fanées. Dommage… C’est si beau lorsque le jaune de leurs pétales s’étend à perte de vue. Les hêtres, les bouleaux et les chênes retrouvent leur vert tendre. J’aime regarder ce paysage. Je préfère largement être là plutôt qu’avoir la vue sur le lac de Gérardmer. Bien que j’aime à y flâner de temps à autres. C’est un autre aspect de la région, plus touristique. Pas désagréable. L’eau qui scintille avec le reflet de la lumière du soleil. J’aime observer les promeneurs. Les amoureux qui se tiennent par la main, les enfants qui jouent avec l’eau qui s’échappe de la fontaine, les anciens qui viennent juste s’asseoir sur un banc pour admirer. J’aime capter ces instants volés à leurs vies.

Je respire longuement. L’envie de travailler ne vient pas alors je décide d’embarquer mon appareil photo et de partir en forêt. Le soleil se couche. Je prends le sentier qui se trouve à quelques mètres de la maison et en l’espace d’une seconde, je suis ailleurs. Il y a une belle lumière qui se fraye un chemin entre les branches. L’écriture, c’est quelques chose mais la photo, c’en est une autre. Tout un art pour arriver à capturer exactement l’impression que je veux et pas une autre. Je commence à faire quelques clichés.
J’ai eu une grosse période de fatigue mais là, je me sens bien. J’ai focalisé mon attention sur de fines gouttes qui suintent de la roche. Captivée, je ne l’entends même pas arriver. J’ai un tel sursaut que je tombe presque dans le vide. Il me rattrape de justesse.
– Nicolas?
Je le reconnais tout de suite.
– Clémence? Je rêve pas?
J’ai passé un bon moment avec lui. C’était il y a six mois de ça. Il est informaticien. Ce jour là, il était en déplacement sur Villeneuve d’Ascq. Je venais pour un séminaire sur deux jours. On s’était rencontré à l’accueil de l’hôtel. On attendait comme deux idiots quand finalement il m’a abordé. Grand, brun, plus proche des 40 que des 30 ans. C’est pas vraiment mon style. En même temps, je n’ai pas vraiment de style. Avec moi, il faut que ça accroche ou pas. Nous avons diné ensemble. Il m’a parlé de son job, de sport, de littérature. J’aimais l’écouter mais je gardais la tête sur les épaules. J’avais bien remarqué l’alliance à son annulaire gauche. Je ne me faisais pas d’illusions. Je l’ai quand même invité à venir dans ma chambre pour continuer à discuter. On était tellement bien que l’on en aurait presque oublié de faire l’amour. Noter bien le presque. Quand je me suis réveillée, j’avais un petit pincement au cœur. On s’est quitté sans rien se promettre, sans même échanger nos numéros. Cette aventure, c’est le début de mon roman. Tout le reste n’est que pure invention de ma part.
– Qu’est ce que tu fais là ?
– Je te renvoie la question.
Je lui explique les raisons de ma venue, et lui m’annonce qu’il habite tout simplement le village. C’est sa région natale. Il travaille dans une société sur Epinal.
– Comment vas-tu ? osé-je demander
Il me sourit.
– Mieux que la dernière fois.
Quand on s’était vu, on n’avait pas beaucoup parlé de nous mais j’avais bien deviné que ça n’allait pas très bien avec son épouse. Cela avait dû s’arranger. Je lui souris à contrecœur.
– Ravie de l’apprendre.
Il remet en place une des mèches de cheveux qui me cachent les yeux. Ca me surprend. La fraîcheur du soir commence à s’installer et j’aime la chaleur de sa main sur ma joue. A quel jeu joue-t-il ? Il plante ses yeux dans les miens. Je pourrais tout lâcher, pour lui, là d’un coup. Partir sur un coup de tête, vivre ici. Il n’y a que lui et moi. Et j’aime ça, comme je n’ai jamais aimé. Après quelques instants, qui auraient pu être des heures, il me prend par le bras et je le suis comme une adolescente, subjugué par le charme de son premier flirt.
Il commence à m’expliquer que son couple n’a pas tenu le coup finalement. Qu’il avait fait le con, et le temps qu’il s’en rende compte, il n’y avait plus de morceaux à recoller. Certaines situations vous mettent à l’épreuve. Et parfois, on y réchappe pas.
– Ca ne pouvait plus durer. C’est comme ça.
Je ne comprends pas ce qui m’arrive. Je sens diverses émotions m’envahir tout à coup, sans savoir d’où ça vient. Il ne peut pas éprouver la même chose que moi. Ce serait trop beau pour être vrai. Il faut que j’en aie le cœur net.
– Pourquoi tu me racontes tout ça ?
– Ca va te paraître con mais j’ai beaucoup pensé à toi.
Con, oui. Mais ça me touche. Je n’ai pas réussi à l’oublier moi non plus.
Nous quittons la forêt et il me raccompagne maintenant jusqu’au chalet. Je vois bien qu’il veut m’embrasser. Je me sens mal, j’ai la nausée, ma tête se met à tourner et je tombe dans les pommes.

Demain, nous serons samedi. Je vais aller au mariage comme prévu mais je dois trouver une nouvelle tenue. Je ne suis plus seule, je suis enceinte de six mois. De Nicolas, oui, bien sûr ! On appelle ça un déni de grossesse. J’imagine la surprise des invités que je connais, et surtout celle de mon meilleur ami lorsque je lui rendrai les clés. J’ai hâte de vous raconter ça 😉


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s